Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

DCCCLXXVI. - L'illusion du discours.

Nous vivons depuis ce début d'année, et pour de nombreux mois encore, dans l'urgence des élections présidentielles. Les journaux se focalisent complètement dessus : positionnement d'un tel, petite phrase d'un autre, programme annoncé ou esquissé via un discours.

On sent là le microcosme, les journalistes politiques qui font effet Larsen avec les mêmes politiques qu'ils sont supposés couvrir.

Car qui écoute les discours des politiques ? Qui peut prétendre honnêtement avoir retenu un élément concret au-delà

  • D'une sorte de synthèse qui émerge dans les écrits journalistiques (l'un se positionnant comme le rassembleur tranquille, l'autre écumant dans l'électorat national-droitiste, le dernier cherchant à gérer les trahisons, chose plus drôle mais non politique) mais qu'il ne s'est pas conçue par lui-même ;
  • Des petites phrases qui n'ont pour but que d'occuper l'espace médiatique en creux durant quelques jours, et permettre l'irruption de mèmes internets, à peine plus pertinents sur le fonds que la surenchère de gamins dans une cour d'école, hurlant les uns à la suite des autres en voulant démontrer qu'ils sont tous autant intéressés et dominateurs sur le sujet-tellement-drôle ?

Il est effrayant de s'apercevoir qu'en somme je ne connais rien. Je ne connais que ce qui fait l'action de tel politique, l'action étant un discours, une petite phrase ou un déplacement. C'est parce que X se doit de réagir à un truc commis par Y qu'il en parle dans son discours. C'est tandis que Z est en déplacement à la foire des coupeurs de moustache qu'il convient de noter que la phrase de T est soit une forme d'annonce faite, soit qu'elle n'a pas fait l'objet de commentaire par ce même Z.

X, Y, Z, T s'évoquent les uns les autres comme des gens qui font la gueule dans la même pièce. Ils disent fortement un truc supposé concerner l'autre, sans dire que c'est pour l'autre, tandis que l'autre est supposé comprendre dans l'acrimonie que ceci le concerne. Super. Nous comprenons donc qu'ils se détestent et se positionnent les uns par rapport aux autres.

Ceci étant, sorti qu'ils veulent le pouvoir, qu'est-ce qu'ils veulent vraiment ? Concrètement ?

Et qu'est-ce que j'en aurai compris ?

Pas grand-chose.

Les commentaires sont fermés.